Nevermind

Carl Philipp Emanuel Bach : Adagio de la Sonate pour clavecin en la majeur Wq 48/6 H. 29, transcription pour quatuor
Carl Philipp Emanuel Bach : Quatuor en la mineur Wq 93 H. 537
Carl Philipp Emanuel Bach : Quatuor en ré majeur Wq 94 H. 538
Carl Philipp Emanuel Bach : Quatuor en sol majeur Wq 95 H. 539
Nevermind

Les artistes

L'ensemble Nevermind est composé d'Anna Besson flûte, Louis Creac’h alto, Robin Pharo viole de gambe, Jean Rondeau pianoforte. Ces quatre là ont la passion des répertoires anciens chevillée au corps et se sont réunis en 2013 pour former Nevermind.
Leur plaisir à jouer les oeuvres des XVIIe et XVIIIe siècles, leur fougue éclatent à chacun  de leurs concerts sur de nombreuses scènes d'Europe, d'Amérique du Nord ou d'Australie. En 2019, Nevermind a étendu son répertoire à la musique contemporaine. A Meslay, ils proposeront des transcriptions d'oeuvres de Carl Philipp Emmanuel Bach qui ont fait l'objet de leur troisième album. 
 

Les oeuvres

Carl Philipp Emanuel Bach : Adagio de la Sonate pour clavecin en la majeur Wq 48/6 H. 29, transcription pour quatuor

Carl Philipp Emanuel né en 1714 dans la fratrie des 21 enfants de Jean-Sébastien Bach et de ses deux épouses est celui dont le talent a été le plus reconnu par ses pairs notamment Haydn, Mozart et également pour son ouvrage “Essai sur la véritable manière de jouer les instruments à clavier” qui s’impose comme la première réflexion du jeu au clavier. Il publie en 1744, 6 sonates dites Wurtembergeoises après avoir déjà composé plus de 20 sonates pour clavier. Karl Geringer indique que « tout au long de ces sonates, se dessinent les traits d’un compositeur révolutionnaire, une langue harmonique, audacieuse avec des dissonances incisives, des points d’orgue dramatiques. »

Carl Philipp Emanuel Bach : Quatuor en la mineur Wq 93 H. 537

* Andantino
* Largo e sostenuto
* Allegro Assai

Carl Philipp Emanuel Bach : Quatuor en ré majeur Wq 94 H. 538

* Allegretto
* Sehr langsam und ausgehalten
* Allegro di molto

Carl Philipp Emanuel Bach : Quatuor en sol majeur Wq 95 H. 539

* Allegretto
* Adagio
* Presto

 

Quelques mois avant sa mort en 1788, C.P.E. Bach compose 3 quatuors qui représentent son testament musical.
Deuxième fils de Johann Sébastien, il fut de son vivant incompris par les autres, sans doute pour les libertés de son écriture musicale, l’emploi d’intervalles inusités, l’importance des silences dans le discours et l’utilisation de rythmes non habituels.


Les trois quatuors pour piano forte, flûte, alto et violoncelle, sont de forme tripartite, comme dans les concertos. Les premiers mouvements sont modérés plutôt que rapides. En revanche les troisièmes mouvements jubilent ou explosent tour à tour. Les instruments se coupent la parole allègrement et parfois plus violemment. Jacottet dit « que les mouvements lents concentrent la douleur du siècle. Celui du quatuor en ré majeur annoté de ces mots formant didascalie : très lent et soutenu en a l’ampleur. Celui du quatuor en sol majeur apparaît quant à lui comme un miroir de l’indicible. La main droite affiche une  liberté étonnante, puisant son énergie dans le tréfonds du clavier. On y rencontre aussi soupirs et silences, dissonances et modulations troublantes. »

 

Rédigé par Marc Maïer